>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

>>>

MARE-ET-NATURE.NET

UNIVERS-AQUATIQUE.NET

Newsletter Concours photo ! English español Italiano deutsch Português C O N T A C T

Une initiative d'Anne et Yves Wouters

A C C U E I L DOSSIERS REPORTAGES BASSIN VIRTUEL Galerie PHOTOS OUTILS PHOTO/VIDEO AMPHIBIENS
  S'INSCRIRE   F O R U M   WEB TV
CONCEPTION FAUNE FLORE ENTRETIEN EVOLUTION REVUES - PRESSE

 

 

Calendrier des travaux d'entretien au jardin aquatique

 

~ Conseils mois par mois ~

 

 

Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Août  Septembre  Octobre  Novembre  Décembre

 

 

Janvier

C'est l'hiver mais certaines plantes aquatiques commencent à repartir, par contre certains végétaux sont en fin de vie. Un petit nettoyage sera nécessaire. Voici les premiers conseils de l’année.

 

Quand le gel est important et menace de recouvrir le bassin, il est plus prudent d'installer une pompe à air. Le remous créé dans l'eau laissera une zone libre de glace qui permettra toujours les échanges gazeux. Attention toutefois que ce procédé a ses limites et ne convient pas pour les hivers très rudes comme dans certaines régions du Canada.

 

Le filtre, s'il n'est pas rentré, doit être protégé du froid. On peut parfaitement l'isoler.

 

Les poissons sont souvent en repos hivernal pendant cette période.
Il est impératif de les laisser tranquilles, ceci en évitant les travaux à proximité.
Le stress pourrait provoqué une explosion de maladies à la sortie de l'hiver.
Avec une température d'eau de 5°C ou plus, on peut nourrir les poissons avec de la nourriture hiver et ce avec parcimonie. Une exception est faite pour l'esturgeon qui doit être nourri toute l'année.

 

Si la neige tombe et s'installe durablement sur la surface gelée de la pièce d'eau, pensez à la brosser. La neige bloque la lumière, indispensable à la vie aquatique.
Sachez qu'en dessous de la couche de glace, la vie végétale persiste lentement mais elle continue à évoluer.

 

Les végétaux à tiges creuses arrivent en fin de vie.
Ils remplissent encore deux rôles : une protection pour la faune et une zone tampon entre la surface transformée en glace et le volume d’eau en dessous où tout une vie s’y développe.
Il faudra cependant couper cette végétation sèche au moment où les nouvelles pousses pointeront leur nez.

 

Enfin, surveillez régulièrement votre plan d'eau car le héron est assez actif au milieu de l'hiver.

 


Février

 

Le bassin de jardin demande peu ou pas d'entretien au mois de février.
Ce mois est parfois très froid (le plus froid de tout l'hiver), avec une formation de glace importante. N'hésitez pas à relire les conseils déjà donnés pour le mois de janvier.

 

Vous avez peut-être remarqué que les nénuphars ont encore des feuilles en surface. Il est important de retirer celles qui brunissent. On évite ainsi l’accumulation de déchets organiques, source de déséquilibre à moyen terme.

 

Faites toujours attention au héron et aux rapaces qui peuvent venir se nourrir dans votre bassin.
Gare aux plans d'eau peu profonds où les poissons ne peuvent se cacher.
Aussi, les oiseaux aquatiques comme les canards, les oies et les foulques macroules peuvent toujours occuper brièvement ou plus durablement votre plan d'eau. Ils viennent pour se nourrir de végétaux et peuvent donc endommager considérablement les plantes aquatiques.

 

Les amphibiens vont bientôt reprendre le cycle de reproduction. Evitez donc à partir du mois de février de laisser le filet sur le plan d’eau.

 

Pensez déjà à la prochaine remise en route de votre appareil UVC. Comme la lampe doit être changée au bout d'une année d'utilisation, n'hésitez pas à commander maintenant une lampe de remplacement dans votre magasin aquatique préféré.

 

C'est le moment d’imaginer vos nouvelles plantations et de consultez les nouveaux catalogues !
Le véritable réveil du plan d'eau commence dans le courant du mois de mars. C'est donc pour bientôt !
Profitez de cette période avec encore peu d’activité au jardin pour penser à quelques (ré)aménagements possibles...
En attendant à vos carnets, vos jumelles et consultez le forum riche d'information !

 

 

Mars

 

Cette période demande plus d’attention et quelques travaux d'entretien sont nécessaires pour votre jardin aquatique. C'est aussi le bon moment pour réaliser un plan d'eau chez soi. Pour les travaux lourds d'entretien, un agrandissement éventuel de son jardin aquatique..., il est préférable d'attendre la fin de l'été afin de ne pas perturber la faune aquatique et la reproduction !

 

Faites un petit contrôle des pertes d'eau éventuelles. Pendant l'hiver, les tuyaux et les raccords peuvent être endommagés.
Si l'alimentation en eau de votre cascade a été interrompue durant l'hiver, faites une inspection générale et éliminez les déchets accumulés depuis l'automne.
Il est aussi possible que des feuilles et de petites branches ont atterri dans le bassin. Cette matière organique peut acidifier l'eau et provoquera au printemps une explosion d'algues.
Il faut donc enlever sans hésitation tous ces déchets. Les parties mortes des plantes aquatiques sont aussi à éliminer.
Dans la zone de lagunage ou de bordure, les parties mortes des plantes sont coupées. Munissez-vous d'un sécateur et d'une épuisette pour faire ce travail.

 

Si le filtre a fonctionné durant tout l'hiver, une petite purge et un nettoyage sont certainement nécessaires. Utilisez de préférence de l'eau de l'étang pour ne pas éliminer les bactéries.
Si le filtre a été rangé au sec pour l'hiver, vous pouvez à nouveau le remettre en route.
Pour accélérer le processus de filtration, n'hésitez pas à ajouter des bactéries dans le filtre mais aussi dans le bassin.
Attention de ne pas faire fonctionner votre appareil UVC durant 3 à 4 jours, le temps que les bactéries se fixent.

 

La pompe sera replacée à son niveau de profondeur habituel.
Si vous avez utilisé une pompe de plus petit débit en hiver, vous pouvez remettre maintenant en place la plus puissante.

 

Pour éviter le développement excessif des algues durant les mois d'avril et mai, il est important d'installer votre unité UVC. Remplacez la lampe, si ce n'est pas déjà fait.

 

Contrôlez l'état de vos poissons. Des taches, des abcès, des mouvements inhabituels et oscillants des poissons sont signes d'attaques parasitaires.
Comme la température de l'eau monte, les poissons deviennent plus actifs et demandent plus de nourriture. Durant les mois de l'hiver, les poissons ont vécu sur leurs réserves. Certains peuvent être affaiblis. Il est donc conseillé de nourrir à nouveau mais peu et avec une nourriture facile à digérer.

 

Les amphibiens reviennent ou découvrent pour la première fois votre plan d'eau. Observez les crapauds, grenouilles, tritons et salamandres !
Si vous n'avez pas encore cette chance, soyez patient et aménagez le bassin et les abords pour mieux les accueillir (tas de pierres, tas de bois, vieilles souches d'arbre, sol meuble, amas de galets sur une partie du bassin).
Les grenouilles et crapauds sont des consommateurs de végétaux. Ne vous étonnez donc pas de voir des débris végétaux flotter sur la surface du bassin. Retirez les plus importants et protégez vos plantes de bordure !

 

 

Avril

 

C'est le réveil des plantes les plus précoces : Les iris forment leurs jeunes pousses, l'Aponogeton distachyus ou épi d'eau se développe à nouveau sans oublier le Caltha palustris ou populage des marais (soucis d'eau) qui pointe son nez généralement le premier.
Les premières feuilles de nymphéa apparaissent aussi. Pour les régions du grand nord et de montagne, il faut encore attendre un mois de plus avant de percevoir les premiers changements.

 

Si vous n'avez pas eu le temps de faire les petits travaux et contrôles du mois de mars, c'est le moment de le faire sans tarder.

 

Les plantes poussent aisément mais la prolifération des algues peut causer des problèmes.
Bien observer les poissons et chercher des symptômes de maladies. N'hésitez pas à intervenir sur le forum pour en discuter.

 

Si vous voulez introduire de nouveaux poissons (Ides, Koïs...), il est préférable d'attendre... Attention aux différences de température du bassin d'où proviennent les poissons et les vôtres. Prenez garde aussi à la taille des poissons à introduire. Il est possible que vos anciens poissons de taille plus importante n'acceptent pas les nouveaux venus. La mort de ces derniers est quasi inévitable...

 

Attention aux parasites éventuels (pou de la carpe, sangsue...). La sangsue fixée sur un poisson peut être retirée à l'aide d'un peu de sel et d'une pince à épiler. Celles-ci peuvent être capturées en plaçant un morceau de viande blanche dans un mini filet au fond de l'eau. Ce dispositif sera remonté après 1/2 journée chargé des éventuelles sangsues.

Bon à savoir : Les sangsues ne sont pas toutes néfastes et cohabitent généralement bien avec la faune environnante. Elles se nourrissent notamment d'escargots d'eau. La sangsue la plus impressionnante et la plus grande est la sangsue médicinale ou des chevaux. Elle suce le sang des mammifères et même le sang humain. Les jeunes sucent le sang de vers, d'escargots, de poissons et même de grenouilles.

 

À des températures d'eau au delà de 12°C, vous pouvez nourrir les poissons selon leur besoin.
Ils doivent reprendre leurs forces après la période hivernale.
Préférez une nourriture de qualité.

 

L'observation de l'environnement et de la vie aquatique est très importante en cette saison pour plusieurs points :

 

La santé des animaux

 

* savoir quand nourrir à nouveau et progressivement les poissons : dès que la température de l'eau dépasse les 10°c (les poissons montrent généralement une activité plus importante) et avant le développement important des bactéries lors des premières belles semaines.

 

* dès que la température de l'eau augmente sensiblement, remettre en route les mouvements d'eau et d'oxygénation.

 

* mettre en quarantaine et soigner les poissons malades (blessures, virus, bactéries, champignons, moisissures...). Attention aussi aux parasites comme la sangsue par exemple.

 

La santé du bassin

 

* L'acidité et la dureté de l'eau : faire par sécurité une analyse (mesure du pH notamment).

 

* Veiller à avoir un niveau d'eau régulier.

 

* Attention aux brusques changements de température, surtout pour les petits bassins. Cela influence le comportement des poissons et peut entraîner une maladie et parfois la mort.

 

* Eliminer les dernières feuilles et rabattre les plantes fanées si cela n'a pas été fait à l'automne.

 

Malgré le beau temps et les températures plus clémentes, faire toujours attention aux risques de gel !

 

 

Mai

 

La température peut encore être relativement basse, mais le printemps est sûrement en route. Dans l'étang, tout est en croissance.


Le mois de croissance mai est une période idéale pour ajouter des nouvelles plantes. Vous pouvez encore diviser les nénuphars et éclaircir les plantes de lagunage.
Placez les rhizomes des nénuphars dans un bon panier rempli de terreau lourd. Beaucoup de plantes aquatiques connaissent une croissance forte.
Faites le possible pour éviter qu'elles se mélangent trop et freinez-les en coupant les rhizomes grimpants là ou c'est nécessaire.
N’hésitez pas à changer à nouveau de pots, de déplacer ou de rajeunir les plantes. C'est la période idéale, comme elles sont en forte croissance et peuvent supporter beaucoup.
Les plaies seront vite cicatrisées. C’est le moment de vous rendre à votre centre aquatique.
Vous verrez fleurir des belles plantes de berges et des nénuphars dans les commerces spécialisées. Ainsi, vous pouvez enrichir votre collection avec des plantes que vous aimez.
Il y a maintenant plus de sortes disponibles qu'au début du printemps. Par exemple des sagittaires, des plantes magnifiques qu'on oublie trop souvent étant donné qu’elles ne sont pas encore disponibles au printemps.

 

Retenez qu'en règle générale, à partir du 15 mai, on peut commencer à installer de nouvelles plantes dans le jardin aquatique car l'eau est nettement moins froide et très favorable au développement de la flore.
Après les dernières nuits fraîches, vous pouvez introduire les espèces subtropicales/tropicales comme les laitues d'eau, les jacinthes mais la recommandation est de n’introduire que des espèces résistantes et établies depuis longtemps dans sa région.

 

Mai et Juin accueillent le festival des Iris ! Une merveille aussi. Les variétés sont nombreuses : les iris nains (20 à 35 cm), les moyens (40 à 60cm) et les grands (> à 60 cm). Il est préférable de les planter de façon à former de grandes zones de même couleur. Le mélange des tons est moins frappant à l'oeil... On n'oublie pas les azalées et rhododendrons qui sont d'en effet spectaculaire au bord d'une pièce d'eau.
Si vos plantes oxygénantes et filtrantes prennent trop d'ampleur, enlevez une partie à la main. Ce geste est simple mais ne doit pas être négligé.

 

Faut-il obligatoirement utiliser le terreau aquatique vendu en sacs dans les jardineries ? Il n'y a aucune obligation. Vu son prix, le terreau aquatique sera utilisé généralement pour les petits paniers. Une bonne de terre de jardin légèrement argileuse avec éventuellement une portion de sable de rivière convient parfaitement.
Mais quelques précautions particulières doivent être prises quelque soit la terre utilisée :
- effectuer la plantation d'un seul sujet dans un panier aquatique avec du feutre géotextile ou un voile de plantation.
- bien recouvrir la terre au dessus avec le surplus de toile ou de voile
- terminer avec des galets de calibre moyen afin d'éviter que les poissons ne viennent fouiner.
Sans ces précautions, la dispersion de la terre dans l'eau et le déracinement de la plante sont inévitables en présence de poissons comme les carpes.

 

Certaines plantes aquatiques demandent-elles de l'engrais ? La réponse est oui mais de nouveau rien n'est obligatoire. Si vous voulez un départ fulgurant de vos plantes, des engrais organiques ou des cônes d'engrais à diffusion lente sont incorporés à la terre. Pas d'engrais liquide SVP !
N'oubliez jamais que la libération accidentelle du terreau et des engrais dans l'eau aura la fâcheuse conséquence de rendre l'eau trouble et de favoriser le développement des algues !
Concernant le lotus, les amendements organiques bien décomposés sont presque obligatoires si l'on veut un plant bien vigoureux et florifère.

 

Vérifiez si le filtre donne encore assez de débit et rincez les masses filtrantes si nécessaire.
Une surface propre est aussi importante pour l'apport d'oxygène et l’échappement du trop de CO2. Enlevez régulièrement les saletés de la surface.
Des skimmers (écumeurs) sont très utiles. Ils enlèvent jusque 85% des saletés de surface avant qu'elles ne coulent. Les skimmers donnent donc une surface d'eau propre et claire et les poissons seront mieux visibles.
Maintenant, on peut richement nourrir les poissons, mais il faut vérifier que tout soit mangé. Il est préférable de donner successivement des petites portions que trop en une seule fois.
Les poissons récemment achetés sont libérés dans l'étang. Il est conseillé de les soigner d'abord dans un bac de quarantaine avant de les mettre avec les autres poissons. 75 à 80% de la mortalité de poissons arrive après l'introduction de nouveaux poissons.

 

Beaucoup de personnes propriétaires de bassins avec des carpes koï sont déçues de la qualité de l'eau, de la filtration et certaines abandonnent tout au bout de quelques années ! Pire, des maladies diverses s'installent et tous les poissons y passent...
STOP ! Sachez qu'un bassin peuplé avec des carpes ne se conçoit pas comme un bassin traditionnel peuplé de poissons rouges, ides, shubunkins...
- Idéalement, chaque koï a besoin d'un volume de 4m3 pour bien se développer.
- Un véritable bassin avec des carpes koï ne se plante pas là où les poissons circulent librement ! Mettez des plantations autour mais pas dans le bassin. Toutefois, cela est possible à condition de laisser les plantes bien s'installer avant l'introduction des poissons.
- La qualité de l'eau est primordiale. Une eau limpide avec circulation continue pour une bonne oxygénation. Une filtration puissante couplé avec UV viendra souvent en aide.
- Une ou plusieurs fosses d'un mètre minimum permet d'assurer la survie en hiver. Les bassin hors-sol sont à éviter.
- Des amas de galets à différents endroits constituent des refuges pour les jeunes carpes.

Les poissons doivent être nourris plus souvent (en général tous les 2 jours par petites doses).
Les carpes koï sont alimentées différemment. Une nourriture de qualité doit être donnée tous les jours à partir du printemps jusqu'aux portes de l'hiver. L'esturgeon est quant à lui nourri toute l'année.

Faut-il surveiller ses poissons lors des fortes chaleurs ? Et bien oui et non. Tout dépend si le bassin offre de l'ombrage, si il est suffisamment profond...
Un apport d'oxygène et d'eau fraîche devra impérativement être fait si vos poissons viennent en surface la bouche grande ouverte !
Plus la température de l'eau augmente et plus le taux d'oxygène dissout dans l'eau diminue. Les petits bassins peu profonds et peu plantés comportent un danger réel.

 

Si vous possédez un pré-filtre à votre pompe, celui-ci risque de se boucher rapidement (1 ou 2 jours suffisent) en présence d'une eau chargée mais aussi avec la prolifération des algues.
Nettoyez régulièrement les filtres et pompes. N'attendez pas la catastrophe; dès que le débit diminue en sortie, c'est un signe !

 

Beaucoup de questions aussi relatives aux moustiques. L'eau attire effectivement ces insectes. Ils y viennent pour se reproduire et déposer leurs oeufs en surface. Ceci dit, pas de panique ! Un bassin bien équilibré, qui accueille une faune très variée est le meilleur anti-moustique du monde.

 

Les pertes d'eau dues à l'évaporation doivent être compensées avec de l'eau de ville. Toutes les autres pertes possibles (pertes par capillarité, pertes par éclaboussures...) doivent être résolues afin de conserver un maximum d'eau dans le bassin.

 

Pour vos appareils et vos lampes près du bassin, ne négligez pas la sécurité électrique ! Placez impérativement un différentiel permettant de couper automatiquement le courant en cas de défaillance. Etablissez des connexions étanches, prévoyez des gaines de protection pour les câbles...

 

Les algues... toujours les algues ! Si vous êtes toujours confronté à ce phénomène, voici à nouveau quelques éclaircissements et conseils.
A votre avis, est-il normal d'avoir des algues dans son plan d'eau ? Et bien la réponse est oui ! Un bassin sans algues est un bassin sans vie. Par contre l'excès est anormal et doit être résolu sous peine de voir l'équilibre du bassin anéanti rapidement.

 

Tout d'abord, il faut distinguer les algues unicellulaires et microscopiques qui donnent la couleur verte à l'eau des algues filamenteuses capables en grande quantité d'étouffer les végétaux et certains animaux. Sachez qu'un bassin bien équilibré, même dépourvu de filtre UV, n'aura pas ce problème ou du moins seulement temporairement et en quantité limitée.

 

Mais qu'est-ce qu'un bassin aquatique bien équilibré ? C'est un bassin où flore et faune se marient parfaitement en quantité raisonnable dans un environnement favorable.

 

- Le bassin doit être bien exposé et abrité si possible des vents froids. Ni trop ni trop peu de soleil. De l'ombrage est indispensable aux heures où les rayons du soleil sont les plus intenses.

 

- Différents paliers doivent être prévus dans votre bassin. Cela permet non seulement de cultiver les plantes plus facilement mais c'est une garantie d'équilibre avec, au printemps, un réchauffement de l'eau progressif, couche par couche, palier par palier. La faune sera répartie sur ces différents niveaux. Par exemple, les tritons préfèrent un zone peu profonde avec des pierres et galets. Le premier niveau peu profond se réchauffe plus rapidement au début du printemps et favorise une certaine faune et flore. Un bassin avec une simple fosse ne permettra jamais une diversification de plantes et d'animaux. En été, la zone plus profonde permet d'assurer de la fraîcheur et de l'oxygène aux animaux aquatiques.

 

- L'eau doit être maintenue en mouvement (par ordre de préférence : cascade, ruisseau, jet d'eau).
- Des plantes oxygénantes, filtrantes et à feuilles flottantes doivent occuper une bonne partie du plan d'eau sans toutefois dépasser 2/3 de la surface totale.
- Des amas de galets, des petits troncs d'arbre constituent des refuges et abris pour la faune. Faune diversifiée = flore diversifiée et vice versa : l'un ne va pas s'en l'autre.
- Utilisez de préférence une bonne terre de jardin un peu argileuse pour vos plantations. Les terreaux acides à base de tourbe notamment sont à proscrire !
- Evitez la dispersion de la terre des plantations dans l'eau. Utilisez des paniers combinés avec un feutre ou voile de plantation. Le terre sera retenue. Terminez par la pose de galets au-dessus du panier avant de l'immerger complètement.
- Eliminez régulièrement les végétaux avant leur décomposition. Retirez aussi, si nécessaire, les végétaux tombés à la surface (feuilles, efflorescences d'arbres...). Bref, veillez à maintenir la surface propre pour limiter l'envasement !
- Evitez les engrais. Utilisez éventuellement des compositions à diffusion lente.
- Evitez les excès de nourriture pour poissons. Les tortues n'ont pas leur place dans ce type de bassin.
- Limitez le nombre de poissons en fonction de votre volume d'eau.
- Ne pas introduire de poissons trop rapidement. Laissez d'abord la végétation se développer parfaitement !

 

En résumé, pour combattre et limiter les algues, évitez les matières en décomposition, éliminez l'excès de vase (toujours garder quelques centimètres au fond pour la micro-faune). Une eau en mouvement et bien oxygénée est un atout. Si l'eau est quelque peu chargée en matières nutritives, les plantes auront vite fait de les absorber; le phénomène ne sera que temporaire.

 

 

Juin

 

Ce n'est pas pour rien qu'on appelle juin le mois de la croissance. Le vert pousse d'une manière étonnante. Les plantes aquatiques se dirigent en masse vers la surface de l'eau.


S'il a y danger que la surface se ferme complètement, il est sage de créer des espaces ouverts.
Les feuilles de nénuphar trop denses vont dépasser plus tard la surface de l'eau. Elles seront alors plus sensibles aux attaques d'insectes et vont mourir plus rapidement.
Il vaut mieux limiter le nombre de feuilles en coupant la tige en dessous de la surface de l'eau. Évitez la prolifération des plantes oxygénantes.


Beaucoup de pollen et d'autres poussières arrivent maintenant sur la surface. Utilisez un système d'écumage, comme par exemple le Filtre Skimmer de Pond Technics.
Gardez la valeur KH assez haut. C'est important pour la croissance des plantes oxygénantes. Ceci résultera dans une eau cristalline et prévient la prolifération des algues.
Vous pouvez nourrir les jeunes poissons avec des pellets en les écrasant en frottant. Ceci permet qu’ils grandissent plus vite.
Vérifiez s'il n'y a pas de maladies ou de vermine. Une réaction rapide va éviter beaucoup de travail et d’ennuis.

N'oubliez pas de bien oxygéner l'eau durant les fortes chaleurs.


En cas d'invasion de pucerons, il suffit souvent de faire gicler l'eau d'un tuyau d'arrosage sur le feuillage.
Les pucerons tomberont dans l'eau et seront mangés par les poissons. Soyez surtout à votre qui-vive quant aux coléoptère du nénuphar.
Ce sont surtout les larves noires d'environ 1 cm de ces coléoptères minuscules qui font des dégâts. Vous pouvez les enlever à la main.
Les grenouilles sont nos compagnons dans la lutte contre ces larves qui 'écrivent' sur la surface des feuilles de nénuphars.
En été, on peut aussi détecter des chenilles de petits papillons de nuits attaquant les feuilles de nénuphar. On peut les enlever également à la main.

 

 

Juillet

 

L’été, c’est la belle période pour nous les passionnés de bassins et de poissons. Cette période n’est pas sans risque, alors voici quelques conseils pour qu’elle se passe sans encombre.

 

En plein mois d’été, les plantes poussent d'une manière optimale et c'est la floraison pleine pour les nénuphars. Découpez régulièrement les fleurs fanées. Idéal pour leur floraison.
Durant ce mois, il y a parfois des attaques par le coléoptère du nénuphar (voir aussi juin). Leurs larves attaquent le dessus des feuilles, avec comme résultat des feuilles laides, brunes et qui meurent aussi vite.
Essayez d'écraser les larves ou vous pouvez pousser les feuilles en-dessous de la surface de l'eau pendant une journée (en utilisant un treillis métallique par exemple).
Si vous réagissez rapidement, vous diminuerez le potentiel de problèmes adjacents. Ce petit animal connaît plusieurs générations par an.
Par la croissance exubérante des plantes oxygénantes, un manque d'oxygène peut se produire tôt le matin. Pendant la nuit, les plantes ne fabriquent pas d'oxygène mais en consomment. Une pompe à air est la solution.
Pendant cette période, il est conseillé de vérifier la dureté totale et la dureté carbonique. Testez-les et ajustez avec un produit approprié comme GH Plus et/ou KH Plus.
Le mois de juillet, la température de l'eau peut monter jusque 20°C et plus. L'eau chaude contient moins d'oxygène. Le mouvement d'eau continu d'une pompe ou d’une pompe à air peut éviter un manque éventuel d'oxygène. Par des températures plus élevées, les poissons demandent plus de nourriture.
Vous pouvez les nourrir davantage. Pour amener des variations, vous pouvez donner quelques verres de terre et un peu de laitue trempée.
Attention quand il fait très chaud. Les poissons sont alors très actifs et semblent avoir faim tout le temps. Il n'est pas bon de répondre toujours à leurs mendicité.
Trop les nourrir est à éviter, surtout les jours très chauds. Beaucoup de nourriture donne beaucoup de restes, ceux-ci qui vont trop polluer l'eau.
Une pompe à air sera utile et apporte de l'oxygène dans l'eau.
Des troubles d'eau de courte durée ne doivent pas vous inquiéter. Ce phénomène se passe aussi dans les étangs dans la nature sauvage et est lié aux conditions climatologiques (pluie, orage).

 

La flore peut devenir exubérante. N’hésitez pas à éclaircir si cela s’avère nécessaire. N’oubliez pas qu’il faut laisser 1/3 de la surface libre au minimum.
La floraison des iris tire à sa fin. Vous pouvez couper les tiges avec les gousses de graines. Si vous voulez absolument récolter les graines, attendez et récoltez les plus tard dans la saison.
Les nénuphars fleurissent. N’hésitez pas à couper les fleurs fanées et à supprimer aussi les feuilles défraîchies.
L'expansion de certaines plantes oxygénantes/filtrantes comme le Ceratophyllum Demersum est 
parfois impressionnante. Heureusement, il est très facile d'en contrôler la croissance en retirant aisément une partie des longues tiges.
Les plantes à feuilles flottantes permettent d'ombrager naturellement le bassin ! Cependant, veuillez à limiter l'expansion pour permettre un minimum d'ensoleillement et laisser croître d'autres plantes comme les oxygénantes et filtrantes.
Les feuilles et tiges fanées doivent être retirées régulièrement pour limiter l'envasement.

Attention aux pucerons mais n'utilisez jamais de produits chimiques ! Le meilleur moyen est de plonger les feuilles ou la plante entière sous l'eau pendant une journée.

Evitez d'introduire de nouveaux poissons en cette saison de fortes chaleurs. Pourquoi ? Ils ne supporteront pas la chaleur, le voyage et le manque d'oxygène dans le récipient de transport.

 

En été les poissons ont un appétit insatiable, on peut donc augmenter progressivement la quantité de nourriture tout en respectant la règle qui préconise de distribuer une dose que les poissons peuvent manger dans les 5 à 10 minutes. S’il reste, après ce délai, de la nourriture, elle doit être enlevée immédiatement et donc il faudra diminuer les doses lors des prochaines distributions. Les distributions peuvent également être augmentées en été, mais toujours par petites quantités et diversifier la nourriture. 

Donner à manger aux poissons, c’est également nourrir le filtre. Donc avec trop de nourriture, c’est l’empoisonnement du bassin. Faites donc très attention.

Nettoyez le pré-filtre de votre pompe le plus souvent possible. Le développement des algues l'obstrue facilement et rapidement. Le filtre sera nettoyé plus souvent mais partiellement pour ne pas rompre totalement l'équilibre.
Evitez toujours de laver toutes les parties du filtre en même temps, cela détruirait toutes les bactéries filtrantes.
Généralement, il est conseillé d’avoir un délai d’une semaine entre chaque partie à nettoyer.
L’eau du robinet contient du chlore et des produits antibactériens et désinfectants ? Evitez donc de laver les masses filtrantes du filtre avec de l’eau du robinet. 

Un des problèmes majeurs de l’été est l’intoxication à l’ammoniaque et la présence de nitrites !
Le simple fait de renouveler l’eau du bassin ne diluera pas nécessairement ces concentrations d’ammoniaque et de nitrites, il faut également nettoyer et évacuer tous les déchets se trouvant dans le fond du bassin. 
Les déchets flottant à la surface doivent également être enlevés, et la présence de brindilles, feuilles ou déchets divers obstruent l’entrée des pompes et donc diminuent le débit. 
Un entretien régulier du bassin et du système de filtration réduit considérablement le risque d’une intoxication par la présence d’ammoniaque et de nitrites.

Le problème majeur de l’été est l’oxygénation !
Trop de bassin avec poissons en sont dépourvus ou ont une aération trop faible. 
Le manque ou la réduction d’oxygène ont des effets immédiats sur les poissons et cela se traduit généralement par une prolifération des mycoses des nageoires, des branchies et des infections parasitaires diverses.
Ce qu’il faut savoir et comprendre, c’est que par les chaleurs d’été, les molécules d’oxygène au sol sont réduites et donc dans l’eau la présence naturelle d’oxygène est encore plus réduite, aussi par temps orageux ou atmosphère lourde, ces même molécules d’oxygène sont encore plus rares. Les poissons en souffre terriblement ! 
Trop souvent, des propriétaires de bassins, qui pour économiser de l’énergie, coupent le système d’aération ou de cascade la nuit ! Erreur, car c’est priver d’oxygène les poissons ! 

La chlorophylle des plantes (qui est responsable de la photosynthèse) transforme l’oxygène et le gaz carbonique en sucres nécessaires à la croissance végétale et donc pour rappel, ce processus chimique se déroule en deux étapes : 

1. la première étape se déroule la journée par la libération d’oxygène et l’absorption de gaz carbonique.
2. la deuxième étape se déroule la nuit où le gaz carbonique est libéré et l’oxygène absorbé.

Plus il y a de plantes ou de végétaux, plus la production de gaz carbonique et l’absorption d’oxygène sont importantes. Durant la nuit, les plantes entrent en compétition avec les poissons pour l’oxygène disponible. Cela explique souvent la mort des poissons par asphyxie durant les nuits d’été ! 
La surface du bassin est également l’endroit où se déroule la plus grande partie des échanges gazeux.

En été, l’activité plus importante des poissons sollicite également plus d’oxygène et donc il y a davantage de gaz en dissolution dans l’eau. Nous savons également que plus la température augmente, l’air et l’eau fixent moins bien l’oxygène.
Il faut donc que la surface de contact entre l’air et l’eau soit maximale pour que l’eau puisse s’oxygéner parfaitement et donc une bonne aération, avec une petite fontaine ou une cascade améliore considérablement l’échange.
Les gaz volatiles s’évaporent plus facilement et l’oxygène se dissout convenablement dans l’eau.

 

Faites les apports d'eau le plus souvent possible en petites quantités. On donnera préférence à de l'eau de pluie (s'il vous en reste et si elle n'est pas polluée). Sinon, mettez l'eau de ville avec le jet au dessus de la surface et non sous la surface pour que le chlore puisse s'évaporer ! Il est normal d'avoir jusqu'à 1 à 2 cm de baisse du niveau de l'eau par jour. Au delà, une fuite est très probable.

Le renouvellement d’eau doit se faire de manière douce pour éviter la trop grande différence de température entre la nouvelle eau (qui est plus froide) et l’eau du bassin. On peut par exemple utiliser le système d’arrosage du jardin, mais en pluie fine et à une certaine hauteur pour éviter l’intoxication au chlore.

 

 

Août

 

Ce mois ne diffère pas beaucoup de mois de juillet. Aussi en août, les températures de l'eau peuvent être hautes.


Pensez donc au taux d'oxygène et ajoutez éventuellement une pompe à air. Décimez les plantes oxygénantes et enlevez les fleurs fanées et les feuilles jaunes des nénuphars et des plantes de marais.
Vérifiez si le filtre donne assez de débit et rincez éventuellement les masses filtrantes ou renouvelez les.
Pour une eau cristalline, on utilise une masse filtrante de bonne qualité comme le minéral Clinopti Plus. Ce minéral fait plus que les autres masses filtrantes et enlève des substances dangereuses de l'eau.
Les poissons grandissent bien maintenant, leurs couleurs se développent et la condition est préparée pour les mois d'hiver de l'avenir. Nourrissez-les donc avec soin.

 

La plupart des plantes aquatiques ou de marais ont une croissance importante. Il est donc important de limiter l'expansion mais d'éviter aussi l'épuisement de certaines plantes. Par principe, dès qu'une plante donne des signes de faiblesse après de bonnes années ou qu'une plante prend trop de place et menace même d'autres espèces, il faut diviser en ne gardant que les parties les plus jeunes. La partie de base et centrale est jetée.
Fin août - début septembre, c'est la période idéale pour procéder à la division des nénuphars.
Faut-il le faire chaque année ? Et bien non mais généralement tous les 5 ans, il est temps de limiter la croissance démesurée ou d'éviter l'épuisement par une simple division. C'est aussi l'occasion de faire des boutures pour une autre partie du bassin ou pour faire plaisir à des amis. 
La division s'opère en coupant, à l'aide d'un couteau tranchant, un morceau du rhizome (+/- 15 cm) comportant une ou deux pousses. Le morceau est alors simplement replanté de la façon suivante : Prendre un panier d'un diamètre de +/- 50cm et y mettre une toile imputrescible ou à défaut une toile de jute. Verser ensuite une bonne terre de jardin légèrement ou carrément argileuse jusqu'au 3/4 afin de poser le morceau de rhizome avec la pousse la plus développée vers le haut. Poursuivre la plantation en remettant de la terre au dessus et terminer par une couche de galets de calibre moyen tout autour du nouveau plant de nénuphar afin d'empêcher les poissons de fouiller dans le panier. Redescendre finalement le panier à la bonne profondeur. L'année suivante, le nouveau plant de nénuphar va repartir timidement mais sûrement, le temps d'une nouvelle adaptation.

 

 

Septembre

 

A l’approche de l’automne, le développement des plantes aquatiques ralentit ! Certaines commencent déjà à régresser en fonction des conditions climatiques régionales. Il est donc important de connaître les gestes à accomplir avant le prochain hiver !

 

Si nécessaire, il convient de retirer une dernière fois le surplus de plantes oxygénantes et filtrantes. Mettez les sur votre compost ou encore étalez-les sur le sol d'un parterre ou du potager.

 

Concernant le compostage et le potager, ne manquez pas les dossiers sur Jardinature.net :

http://www.jardinature.net/compostage.htm

http://www.jardinature.net/potager.htm

http://www.jardinature.net/potager_rotation.htm

 

La division des plantes doit généralement être faite tous les 4 à 5 ans. Elle peut se pratiquer toute l'année mais nous conseillons toujours de le faire en fin d'été pour les plantes les plus vigoureuses (jusqu'à la fin du mois de septembre). Pour les plantes plus fragiles, il convient de faire la division en mai/juin pour assurer une meilleure reprise. L'avantage de la pratique en fin de saison d'été est de pouvoir assurer une bonne floraison directement l’été suivant, ce qui n'est pas le cas en pratiquant la division en fin de printemps.

 

Les feuilles et tiges fanées doivent être retirées régulièrement pour limiter l'envasement. Ceci est bien sûr d'application toute l'année !

 

Rentrez les plantes flottantes exotiques (jacinthes d'eau, laitue d'eau...) dans un bac avec du terreau gardé constamment très humide. Apportez en plus chaleur, lumière et ventilation pour une conservation optimale. Cette technique n'est pas évidente et peu de personnes arrivent à garder ces plantes pour les réintroduire l'année suivante dans le bassin. Si vous n'y parvenez pas, le mieux est encore de les mettre directement sur le tas de compost. En vue de l'hiver, descendez les paniers des plantes plus fragiles sur un palier plus profond (ex. orontium, tulbaghia...).

 

La biomasse chute à partir de la fin de l'été. Il est important de bien nourrir à cette époque de l'année les poissons afin qu'ils puissent passer l'hiver sans encombre. Une nourriture riche en vitamines et protéines n'est pas un luxe.

 

Vous avez eu quelques ou beaucoup de naissances cette année... 
La tentation est grande de vouloir garder tous ces poissons mais sachez que vous risquez tôt ou tard un déséquilibre. Alors que faire ? Il va y avoir une sélection naturelle mais la surpopulation est souvent une des premières sources d'ennuis. Une solution : la bourse d'échange sur le forum, le don, un deuxième bassin pour y faire une sélection par vous-même...

 

C’est une bonne période pour construire, rénover ou restructurer de nouveaux bassins.

 

 

Octobre

 

Nous sommes en automne et les plantes aquatiques régressent rapidement. La croissance est terminée et les feuilles deviennent brunes et meurent.


Dans le jardin, les arbustes et les arbres laissent tomber de plus en plus de feuilles. Pour éviter que trop de feuilles arrivent dans le plan d'eau, on doit prévoir un filet de recouvrement au dessus de l'étang.

Enlevez d'abord le plus possible de feuilles et les autres matières organiques du bassin.
Utilisez un filet de protection à mailles fines et tendez le filet sur l'étang. Ces filets de protection spéciaux ont des mailles de 0,5 cm x 0,5 cm.
Ils retiennent aussi les feuilles les plus petites et – encore plus important – ne constituent pas de danger pour la vie animale.
Les filets à mailles grandes sont dangereux pour poissons et grenouilles. On ne doit pas nécessairement tendre le filet horizontalement au dessus du bassin.
Il est plus facile de prévoir plutôt une structure en 'chapiteau'. Vous pouvez par exemple positionner un poteau vertical des deux côtés du bassin.
Vous pouvez le relier avec un fil (comme pour le séchage du linge) et placer le filet dessus. Les feuilles d'arbres glisseront le long du 'chapiteau' et seront faciles à ramasser.
Installez à temps un anti-glace ou une bonne pompe à air pour garder une partie de la surface ouverte en cas de gel.
À cause de la température basse, les poissons vont séjourner dans les profondeurs de l'étang.
Tant que la température de l'eau dépasse 5°C, on peut continuer à nourrir. La nourriture hiver spéciale est indispensable.
N'introduisez plus de nouveaux poissons.

 

Comment maintenir ou améliorer la qualité de l'eau et du milieu aquatique en général ?

 

- Installez des plantes filtrantes/oxygénantes ainsi qu'un mouvement d'eau par la mise en place d'une cascade et d'un ruisseau.
- Améliorez encore l'oxygénation de l'eau avec une pompe à air, surtout pendant les périodes de canicule.
- Eliminez régulièrement les végétaux morts avant qu'ils ne se décomposent dans l'eau.
- Evitez les conifères à proximité du bassin (acidité de l'eau).
- Ne pas nourrir en excès vos poissons. Donnez de petites quantités. Toute la nourriture donnée doit être récupérée par vos poissons dans les 5 minutes.
- Limitez la population de poissons en fonction de votre volume d'eau.
- Plantez toujours en premier lieu votre nouveau bassin et attendez plusieurs semaines avant d'introduire les premiers poissons.

 

Rappel important : Ne rabattez pas les tiges de vos joncs, carex, prêles, roseaux, scirpes, massettes... car ces plantes sont d'un effet visuel extraordinaire avec le givre ! Les tiges creuses permettent, lorsque la glace recouvre le plan d'eau, un échange gazeux indispensable pour la survie des poissons.
La masse végétale restante est aussi une protection pour la faune. Pensez-y ! 
N'oubliez pas qu'une taille s'effectue à +/- 10 cm au dessus de la surface (niveau de l'eau au maximum) pour éviter le pourrissement.

 

 

Novembre/Décembre

 

Nous entamons la dernière ligne droite de l’année avec la deuxième partie de l’automne et les premiers froids qui arrivent.
Voici donc ce qu'il faut faire pour permettre à votre milieu aquatique de passer l’hiver sans encombre.

 

Les poissons

 

Vous êtes nombreux à vous poser ces questions : Quand faut-il arrêter de nourrir ? Faut-il vraiment arrêter de nourrir ? Certaines personnes continuent à nourrir les poissons durant l'hiver. Est-ce bien ?
La règle d'or est que tant que la température de l'eau est supérieure à 8C° et que les poissons manifestent un signe d'appétit, il faut continuer à donner une nourriture appropriée une fois par jour.
Dans le cas contraire, il est important de ne plus perturber l'équilibre du bassin car poissons et végétaux se mettent progressivement au repos.
Les intestins du poisson ralentissent avec le froid, la nourriture donnée doit être réduite progressivement en quantité. Il est aussi important de donner une nourriture plus digeste si vous souhaitez nourrir le plus longtemps possible.
Si vous possédez un esturgeon, celui-ci doit être nourri toute l’année. C’est une exception.

 

Les plantes

 

Les feuilles des plantes aquatiques ont tendance à disparaître et donc à jaunir puis brunir. Les feuilles de nénuphars sont toujours en place et parfois encore bien vertes.
Nous vous conseillons d'éliminer progressivement ces tiges et feuilles afin de préserver au mieux l'équilibre de votre bassin.
Rentrez toutes les plantes sensibles au froid. Récupérez par exemple les rhizomes de vos nénuphars exotiques et disposez-les dans du sable humide à environ une dizaine de degrés pour leur permettre de passer un hiver dans de bonnes conditions. Pour les autres plantes de berges non rustiques, pratiquez une taille assez courte et disposez dessus une bonne épaisseur de paillage.
Si ce n’est pas encore fait, taillez à 10 cm au dessus du niveau maximum de l’eau vos iris mais aussi le trèfle d’eau, le plantain d’eau, le caltha, l’houttuynia…
Par contre, laissez la végétation en place de vos typhas, joncs, prêles, scirpes car c’est une protection contre le froid, un refuge pour la faune et les tiges creuses permettent les échanges gazeux lorsque la surface est complètement gelée.

 

Le filet

 

Le filet anti-feuilles est incontournable à l'automne afin d'éviter une accumulation de feuilles mortes dans le plan d'eau.
Si lors des premières neiges votre filet est toujours en place, n'oubliez pas de le retirer, sans quoi il serait inévitablement abîmé avec le poids de la neige et le gel.

 

Pompes, filtres, UV...

 

Un skimmer est très pratique à cette période. Cet écumeur de surface permet d'aspirer les déchets et donc il laisse une surface d'eau bien propre.

Les pompes, éléments de filtration et conduites d'eau craignent le gel ! Vous devez purger les tuyaux, protéger le matériel ou le rentrer durant l'hiver. C'est aussi l'occasion de nettoyer tous les éléments (mousses, brosses...). 
Le filtre ne doit pas forcément être démonté et rentré à l'intérieur. Le vider, le nettoyer et le protéger sont les gestes essentiels.
Attention aux appareils UV, les modèles dissociés du filtre doivent être mis à l'abri du gel. Pour les autres, veuillez lire la notice et les conseils du constructeur. N'oubliez pas que la lampe a généralement une durée de vie d'un an, pensez à la remplacer pour l'année suivante. 
Il est bien sûr possible de laisser la pompe au fond du bassin si la profondeur est d'au moins 80 cm mais celle-ci sera impérativement arrêtée pour ne pas remuer le volume d'eau et compromettre l'hibernation et la survie des poissons.

Ceci dit, de grands systèmes de filtration peuvent continuer à fonctionner en hiver. Vérifiez simplement de ne pas pomper l'eau dans la grande profondeur, ceci pour éviter le refroidissement de cette couche. La filtration peut continuer dans le cas d'une grande population de poissons, surtout s'il s’agit de bassins à koï spécifiquement construits. Mais on réduit le débit. L'eau n'est donc plus aspirée dans la grande profondeur mais par exemple au niveau -40 cm.

 

Attention au gel intense !

 

Bien que l'on soit dans une période de réchauffement climatique, le paradoxe est souvent d'avoir des extrêmes. Il faut donc guetter l'éventuel gel intense et savoir comment réagir dans ce cas précis ! Le dispositif anti-gel sur la surface du bassin peut être utile. Bien souvent, il s'agit d'un simple rond de frigolite creux et troué en son milieu avec un tube permettant les échanges gazeux.
En effet, l'accumulation de végétaux en décomposition est néfaste pour l'équilibre et la santé des poissons. Les végétaux à tiges creuses remplissent le même rôle et le dispositif artificiel (cloche ou diffuseur d'air en surface) est complémentaire mais pas forcément encore suffisant !!!
Dés qu'il y a formation de glace (attendez +/- 3 cm), faites un trou avec de l'eau tiède et posez un diffuseur d'air à maximum 30 cm de profondeur. Si possible mettez la pompe à air dans un local chauffé ,elle enverra de l'air chaud, c'est un plus.
N'oubliez pas de protéger par une isolation le tuyau à air. Enfin, laissez vos poissons tranquilles, ne marchez pas intempestivement autour du bassin pendant l'hiver. Dans tous les cas, ne cassez jamais la glace car les ondes de choc provoquées sont néfastes à la faune aquatique.
Dans les régions plus froides où des températures de -15°C sont couramment observées, on aura recours à une résistance chauffante.

 

 

 

 

 

Aquajardin est géré entièrement par des bénévoles. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.

 



 

 

FORUM AQUAJARDIN

Questions/Réponses

Accès direct

 

Journal / Abonnement

 

Inscription au journal d'information

 

Cliquez ici pour vous inscrire

 

 

Annonces

 

TOP 5 - Dossiers

 

Les serpents du bassin

L'alimentation de la carpe koï

Le frai des poissons

La moule d'eau douce

Pourquoi pas des canards ?

 

 

Météo

 

Météo pour l'Europe

 

 

Annonces

 

Outils

 

Calendrier : l'essentiel

Calendrier des travaux

Librairie Aquanature

Economiseur d'écran

Fonds d'écran

Moteur de recherche

Barre d'outils

Bords et abords du bassin

Dictionnaire

Grand répertoire Faune et Flore

Gestion de bassin

Aqualyser (Aquatic Science)

 

 

Partenaires


Univers Aquatique

Bien-être des bassins aquatiques

Bestofwebsites.net, l'annuaire du meilleur du web... le best of du web... l'insolite du web... les meilleurs liens !
Bestofwebsites.net

 

Jardinature.net

 

Journaux.fr

 

www.devis-piscine-gratuit.fr

 

 

Annonces

 

Annonces

 


A C C U E I L L I E N S BANNIERES & LOGOS LIBRAIRIE CONTACT / NEWSLETTER


Domaines/domains :  www.aquajardin.eu  www.aquajardin.net  www.aquajardin.be  www.aquajardin.ch  www.aquajardin.fr

© 1999-2018 Aquajardin

Respect et protection : loi du 11 mars 2003 relative à la société d'information
Copyright et vie privée