>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

>>>

MARE-ET-NATURE.NET

UNIVERS-AQUATIQUE.NET

Newsletter Concours photo ! English español Italiano deutsch Português C O N T A C T

Une initiative d'Anne et Yves Wouters

A C C U E I L DOSSIERS REPORTAGES BASSIN VIRTUEL Galerie PHOTOS OUTILS PHOTO/VIDEO AMPHIBIENS
  S'INSCRIRE   F O R U M   WEB TV
CONCEPTION FAUNE FLORE ENTRETIEN EVOLUTION REVUES - PRESSE

 

 

La qualité de l'eau

Pour des poissons sains, vifs et une eau limpide.

 

 

Auteur : Philippe de Vries

 

 

 

Les écosystèmes obéissent aux lois de la nature. Chaque bassin est un écosystème particulier : celui-ci diffère selon la qualité de l’eau de remplissage, la biocénose implantée (végétaux, empoissonnement…) et spontanée qui varie selon l’endroit où est situé le bassin.

 

Le danger des métaux lourds

 

Avoir une eau claire est possible grâce aux métaux lourds (cuivre, zinc, nickel ou encore plomb, mercure,…). Ceux-ci sont constamment et de plus en plus fréquemment utilisés dans nos bassins, dans l’eau de ville (désinfection, stérilisation, neutralité) et divers produits utilisés (insecticide, médicament, désherbant...). Ils assurent une propreté et une clarté d’eau car jusqu’il y a peu, c’était impossible à obtenir avec d’autres substances ou procédés.

 

Les métaux lourds sont en fait extrêmement néfastes et ils causent des dégâts pratiquement irréparables; nombreux sont ceux qui se laissent tenter par ces produits miracles conseillés par une connaissance ou un professionnel. Ils sont présents dans des préparations commerciales (produit anti-algues,….) ou même depuis peu distillés par des appareils, en apparence sophistiqués, mais d’un fonctionnement dont la simplicité n‘a rien à envier aux dangers qu’ils peuvent induire.

 

D’autres part, il est un fait établi que, à dose infinitésimal, les métaux lourds sont indispensables aux êtres vivants. Il sont impliqués dans la synthèse des acides nucléiques (ADN et ARN), ils interviennent dans la constitution de nombreuses protéines essentielles dont des enzymes et des vitamines.

Ils sont donc nécessaires à la vie car sans eux la majorité des réactions biochimiques du métabolisme ne pourraient avoir lieu.

 

Alors, les métaux lourds sont-ils réellement dangereux ?

 

Si des traces sont nécessaires, leur concentration dans l’étang ne peut augmenter, même faiblement sans qu’ils deviennent remarquablement toxiques interférant à court ou à long terme, sur la majorité des fonctions vitales des poissons ainsi que sur leur environnement.

Ces métaux lourds sont probablement les pires poisons que l’on puisse administrer à un bassin, leurs effets dévastateurs sont très variables et impossibles à contrôler. Aussi, ils ne s’éliminent jamais totalement du bassin ou des organes des poissons et invertébrés intoxiqués.

Dans certains pays, on conseille fortement de ne pas utiliser de canalisations en cuivre ou en plomb, de ne pas employer de l’eau conservée dans des citernes en métal et encore moins celle collectée par des corniches ou gouttières en zinc, et ceci que ce soit pour sa propre consommation, pour la consommation de culture , de bassin aquatique et de bassin d’orage des routes, car tout ceci se retrouvera tôt ou tard dans des canalisations qui sont déjà traitées par ces produits d’où une augmentation de ces métaux lourds et une situation incontrôlable.

 

Les problèmes et lésions qu’ils provoquent chez les poissons sont nombreux et il arrive déjà aujourd’hui que des poissons soient intoxiqués pendant une longue période sans que l’on ne s’en aperçoive. En effet, suivant la molécule utilisée (et la dose administrée), la toxicité sera directe (intoxication aiguë au sulfate de cuivre ou de nickel par exemple) ou apparaîtra après plusieurs mois voire années (chronicité plutôt typique de l’oxyde de zinc) à un moment où il devient difficile d’incriminer l’utilisation d’un produit dont on n’a même plus le souvenir.

 

Les trois éléments qui posent le plus souvent des problèmes en bassin et le plus couramment utilisés, sont le cuivre, le zinc et le nickel. Dans la nature, on les retrouve principalement sous forme de sels, de carbonates, d’oxydes de silicates, de chlorures, de sulfates… Ils sont utilisés dans la galvanisation, ils entrent dans la composition du laiton ou d’autres alliages. Leurs dérivés sont largement utilisés dans l’industrie chimique et pour l’agriculture (anti-herbes, anti-mousses, anti-mollusques, insecticides,…). Ils se retrouvent ainsi parfois à des concentrations élevées dans les eaux de décharge et donc certaines eaux de surface.

 

Dans nos bassins, l’apport régulier a souvent trois origines :

1)     L’apport régulier d’eau du robinet et plus généralement d’eau de pluie ou de source venant de citerne ou de toiture, contaminée peut aboutir à une accumulation lente d’un de ces éléments toxiques.

 

2)     Il arrive parfois qu’un métal soit présent dans le bassin et se dissolve lentement dans l’eau (la bague en plomb sur les plantes lestées dans le commerce, tuyaux ou raccords en cuivre dont l’utilisation aurait du être proscrite, l’utilisation de béton qui n’a pas été hydrofugé avec une présence de métal dans sa préparation).

 

3)     La cause de loin la plus fréquente d’intoxication à un métal lourd dans un bassin reste malheureusement l’apport externe destiné à lutter contre une eau verte, des algues ou diverses maladies. Les molécules les plus utilisées étant le sulfate de cuivre ( CuSO 4, l’oxyde de zinc ( ZnO) et le sulfate de nickel ( NiSO4).

 

Une autre source est plus d’une fois l’activité de pulvérisation d’un voisin ou d’un agriculteur dans le voisinage immédiat du bassin. Après une bonne averse, ces phosphates organiques se retrouvent non seulement dans l’étang, mais les pesticides infiltrent aussi dans l’eau de fond et peuvent en hautes concentrations provoquer la paralysie et une mortalité aiguë. En faible concentration, ces pesticides s’accumuleront dans les organes, causant ainsi un arrêt de la croissance, des troubles de fertilité ou des déformations de la colonne vertébrales. Les ides mélanotes y sont particulièrement sensibles.

 

Toutes les substances citées sont toxiques pour les bonnes bactéries (et donc la filtration), les poissons et les autres organismes (algues, invertébrés,…) présents dans nos étangs.

Ayant une toxicité variable, elles sont intimement liées aux conditions particulières de chaque étang. Le métal se lie à de nombreux sites de fixation présents dans l’environnement et sa disponibilité/toxicité sera donc dépendante de la quantité de ces sites. Il sera par exemple beaucoup plus toxique dans les eaux de pH doux que dans les eaux dures. Il se lie aussi à la matière organique et sera donc moins dangereux dans les étangs chargés que dans les étangs propres.

Cette toxicité est également liée au taux de minéraux (principalement calcium) et au pH : plus ces paramètres diminuent, plus le poison agit vite et fortement.

Il en va de même avec la température et le taux d’oxygène dissous.

Une fois mis en solution dans un bassin, un métal lourd ne disparaît jamais avec le temps à moins de faire de nombreux changements d’eau et de retirer les boues et la vase auxquelles il s’est fixé.

 

Du fait que le métal ne disparaît jamais, il se produit fréquemment des accidents lors d’une réutilisation : on l’utilise une fois ou deux sans problème, car il est piégé par les sites de fixation et donc moins toxique. Plus tard, on décide de répéter le traitement. Cette nouvelle quantité supplémentaire ne pourra plus aller se lier aux sites déjà occupés et agira alors spécifiquement sur les poissons provoquant une véritable hécatombe en quelques heures.

Si les poissons en survivent, celle-ci restera néanmoins toxique pour une période très longue, agissant sur la qualité de la production de mucus et en diminuant fortement les défenses du poisson à long terme.

Apparaissent alors toute une série de maladies pour lesquelles aucun des remèdes habituels n’est vraiment efficace.

 

Deux signes de l’intoxication chez nos poissons, intoxication aiguë et chronique.

La première apparaît rapidement suite à une surdose brutale. Les poissons sont abattus, la majorité vient respirer en surface, d’autres se couchent au fond. Ils ont souvent un aspect blanchâtre lié à la précipitation du mucus à la surface de la peau, les yeux se voilent et les nageoires sont souvent collées au corps.

Les poissons réagissent qu’après être stimulés par l’épuisette puis redeviennent rapidement prostrés.

Les poissons qui auront survécu devraient s’en sortir, mais les quelques jours qui suivent l’accident sont toutefois délicats : les dégâts causés au mucus et aux branchies prédisposent les poissons aux infections cutanées (ulcères) ou à la suffocation.

Selon la dose et la durée d’exposition, selon la quantité de métal encore présente dans le bassin, les poissons peuvent encore développer plus tard les lésions de l’intoxication chronique.

 

Ces signes aigus font généralement suite à l’administration d’une surdose de cuivre ou de nickel tandis que le zinc ou le plomb créeront des problèmes plus tardivement suite à une exposition prolongée, car ils vont lentement s’accumuler dans les tissus des poissons et conduire aux symptômes de l’intoxication chronique.

Ces signes peuvent apparaître plusieurs mois ou plusieurs années après une exposition ponctuelle mais plus généralement, ils font suite à de faibles doses pendant une ou plusieurs périodes plus longues.

Dans certains cas, les poissons ne mangent pas (c’est souvent le cas du cuivre) ou recrachent la nourriture.

 

Le sulfate de cuivre est en poudre bleu turquoise très soluble, parfois vendue en solution préparée pour une dilution directe dans l’eau.

 

L’origine de petits ulcères de ce type est l’intoxication au cuivre

 

Certains mesurages démontrent que dans les premières centaines de litres d’eau du robinet, il y a une teneur en cuivre jusqu'à 2 mg/L, pour baisser ensuite à 0.01mg/L. Il faut donc, en remplissant de petits bassins, laisser couler un peu d’eau avant d’entamer le remplissage

Pour un koï, le cuivre peut déjà être toxique à partir d’une valeur de 0.1 mg/L ; au plus jeune le koï, au plus sensible il est.

Les effets toxiques aigus par le cuivre sont variés et tous graves, le cuivre agit

- en précipitant le mucus notamment sur les branchies. Ce phénomène, associé à l’hyperplasie qu’il induit, conduit rapidement à une détresse respiratoire suivie d’asphyxie et de la mort.

- en inhibant les réactions enzymatiques, ce qui provoque des modifications graves du métabolisme.

- de façon néfaste sur le foie et les reins et en influant le bon fonctionnement de ces organes.

- comme dépresseur important de l’immunité.

- sur la filtration : il reste toxique pour les bactéries nitrifiantes jusqu’à son élimination total.

- sur le biotope en détruisant de nombreux invertébrés, algues, plantes,…nécessaires au bon équilibre de l’eau et du bassin.

 

Le diagnostic se fait par simple test du cuivre et du nickel vendus couramment dans le commerce aquariophile ou les jardineries aquatiques.

 

Chez les poissons, le fer joue un rôle important dans la fabrication d’hémoglobine, nécessaire à la consommation d’oxygène. Les plantes utilisent le fer pour la fabrication de chlorophylle. L’eau du robinet ne contient pour ainsi dire pas de fer : Le fer sera d’ailleurs vite lié par l’oxygène, qui le fera se déposer.

Le koï trouvera dès lors le fer nécessaire dans sa nourriture. A partir de valeurs de 0.2mg/L, le fer peut être toxique, principalement dans une eau douce et acide. Lorsque la teneur en fer augmente, l’eau obtient une couleur brunâtre, ce que nous remarquons régulièrement dans l’eau de fond. En dehors d’un effet direct toxique sur les branchies et les organes internes, le fer refoulera également d’autres oligo-éléments comme le manganèse.

 

L’oxyde de zinc est très répandu, contrairement au cuivre, le zinc induira rarement une intoxication aiguë, Si malgré tout elle se produit, elle entraînera aussi une asphyxie du poisson : il y aura précipitation du mucus, hypertrophie et décollement de l’épithélium branchial.

En fait, le zinc n’est soluble que dans les eaux acides et très douces, il n’est pas soluble et donc pas repris dans l’échantillon pour tester l’eau. Par contre, si on prélève la vase ramassée au fond, les particules de zinc (parfois visibles à l’œil nu) sont mises en évidence par un dosage adéquat réalisé en laboratoire.

Comme il n’y aura pour ainsi dire jamais de lésions directes consécutives à une administration de zinc, c’est un poison plus vicieux, plus difficile à identifier. Il est absorbé par les poissons directement par le mucus et les branchies. On en retrouve des doses élevées dans les yeux, les reins, les os, les ovaires, le tractus digestif, ainsi que dans le foie, les muscles en concentration moindre.

Il provoque des déformations de la colonne vertébrale, des tumeurs, des problèmes de vue (poissons aveugles), le mucus sera de mauvaise qualité et râpeux.

 

Pour le nickel et l’acier inoxydable

Les effets d’une surdose ou d’une exposition prolongée au nickel sont très similaires à ceux du cuivre. La seule différence observée est en effet nettement plus dévastateur du nickel sur les plantes, même à des doses ou aucun symptôme d’intoxication n’est visible sur les poissons.

 

Il reste à signaler que l’utilisation de l’inox qui devient plus fréquente dans la fabrication de filtres ou stérilisateurs UV pourrait créer des problèmes.

Tous les inox, quelle qu’en soit la qualité, sont principalement composés de chrome et de nickel.

Tous les inox s’oxydent, (se piquent) dans l’eau, principalement en présence de chlorures (ce qui interdit par exemple l’utilisation du sel ou de l’eau du robinet !).

En s’oxydant, le filtre libère ses composants toxiques dans le bassin.

 

Comment réagir en cas d’intoxication ?

 

Il faut intervenir au plus tôt, surtout si des symptômes sont visibles.

Il faut arrêter de nourrir les poissons et oxygéner le bassin au maximum.

Il faut tenter de neutraliser le métal avec des préparations type Neutraliser (dans le commerce pour étang) ou avec des chélateurs vendus en pharmacie (EDTA Ca, NTA,..).

Dés que possible, il faut contrôler les paramètres de l’eau en veillant à maintenir un GH, un KH et un pH optimaux, voir un peu trop haut et ce pour la période la plus longue possible.  Si la situation est grave ou évolue rapidement, transférer les poissons dans une eau propre et effectuer de grands changements d’eau du bassin pour diluer le métal.

 

Il faut aussi contrôler régulièrement la filtration en mesurant les taux de nitrites et d’ammoniac de l’eau.

 

Passé la phase critique, on doit ajouter des reconstituants du mucus type Immunogen, Discus Safe, Aloe Gel.

 

 

Pour le bien-être général, il est impératif de surveiller de très près l’environnement dans lequel les carpes koï évoluent, d’où il nous faut s’avoir si l’eau du bassin répond aux normes de qualité qui assurent la bonne santé de nos poissons.

Une carpe koï est un poisson costaud qui s’adapte sans trop de problèmes à des changements mineurs et graduels dans la qualité de l’eau, mais  des variations soudaines ou une qualité aquatique chroniquement mauvaise par contre entraînent le risque d’une toxicité directe, ainsi qu’une augmentation de stress.

 

 

La qualité de l'eau est déterminée par de nombreux paramètres

 

- la température

- le pH (acidité ou alcalinité)

- le GH (dureté de l’eau) salinité

- le KH (dureté en carbonate)

- le taux d’oxygène (O²)

- les concentrations en ammoniac (NH³)

- les nitrites (NO²)

- les nitrates (NO³)

- le chlore

- la chloramine

 

La température

Les carpes  koï sont des poissons extrêmement résistants, capables de survivre à des températures de 2 à 30°C. Ce sont principalement les modifications subites de la température qui peuvent être dangereux. Une variation de la température de plus de 5°C par jours présente déjà des risques et ceci principalement dans des petits bassins. Au plus le volume d’eau est grand, au plus stable sera la température.

 

 

Durant l’hiver la carpe koï peut survivre dans une température ambiante de l’eau de 2°C. Le système immunitaire du poisson étant à son bas niveau, des agents pathogènes comme les infections de champignons (saprolegnia) peuvent se produire plus vite pendant la période d’hiver.

 

Le pH de l’eau

Nous savons que l’échelle de pH sert à mesurer l’acidité ou l’alcalinité d’une masse d’eau. Elle s’échelonne de 0 (extrêmement acide) à 14 (très alcalin). Le pH est inverse de la concentration en ions d’hydrogène ( H+) par rapport à la concentration en ions hydroxyles (OH) donc plus les ions d’hydrogène sont nombreux, plus l’eau est acide et plus le pH est bas. Au point neutre (pH7), les concentrations en ions H et OH s’équilibrent. Cette échelle est logarithmique, donc chaque mesure a une valeur dix fois supérieure à la précédente et dix fois inférieure à la suivante , une eau de pH6 est donc dix fois plus acide qu’une eau de pH7, le pH5 est donc cent fois plus acide que le pH7.

 

 

Pour la carpe koï, le pH se situe idéalement entre 6,8 et 8 (neutre à légèrement alcalin).

Aussi longtemps que les variations en degré d’acidité se font progressivement (au maximum 0,5 degrés par jour), les carpes koï pourront survivre même dans une eau à pH de 5 à 10.

Lors de l’introduction d’un spécimen dans notre bassin, le transfert d’eau entre celui du sac et celui du bassin doit se faire progressivement (voir article achat et introduction) et ceci afin d’éviter que le poisson ne soit stressé ou que la muqueuse soit atteinte.

 

A savoir

La valeur du pH baisse en cas d’une teneur en oxygène faible

Donc

La valeur du pH monte en cas de forte aération car le CO2 (dioxyde de carbone) est repoussé de l’eau.

L’eau de distribution a, en principe, un pH proche du neutre.

L’eau de pluie est acide (pH 5 pouvant atteindre 4 et 3).

L’eau de distribution a, en principe, un pH proche du neutre

Des pluies abondantes peuvent donc modifier le niveau du pH.

 

Le GH (DH) dureté de l’eau

L’eau douce naturelle contient des substances en dissolution, 95% de cette concentration est essentiellement du chlorure, des sulfates, du carbonate, du bicarbonate, du calcium, du magnésium, du sodium et potassium. Cette présence détermine la dureté et la salinité de l’eau.

Variant considérablement, elle dépend essentiellement de la concentration en sels de calcium et de magnésium, donc on peut dire que la dureté total est définie par les sels de calcium et de magnésium.

D’autres part, la dureté de l’eau a un effet sur son alcalinité, car, une brusque augmentation temporaire de la dureté (provoquée par la présence d’ions de bicarbonate) accroît l’alcalinité de l’eau, d’où, on comprend que la dureté et le pH de l’eau sont des paramètres directement liés.

Les carpes koï supportent des écarts de dureté assez importants. Dans une eau douce, une carpe consomme plus d’énergie pour garder sa balance sel/eau en équilibre.

C’est la raison pour laquelle, on peut administrer quelques sels à l’eau quand les poissons sont affaiblis et qu’il faut alléger leur osmorégulation. Dans une eau dure, des calculs aux reins se déclarent plus souvent pour les koï.

Au japon, les éleveurs préfèrent une valeur GH faible, entre 2 et 3 GH.

 

0-4° = très doux
4-8° = doux
8–12° = moyennement dur

12-25° = dur
25° d = très dur

 

Avantage d’une eau douce

- Une eau douce favorise la croissance et un meilleur développement du teint rouge.

- Selon les japonais, cette même eau douce augmente également la résistance du koï.

 

Inconvénient d’une eau douce

- Le teint blanc sera moins clair et que le noir se développera plus lentement.

- L’osmorégulation du koï doit être plus efficace afin de maintenir l’équilibre interne eau/sel.

 

La dureté en carbonate (KH)

Le KH est composé de carbonate (CO³) et de ions d’hydrocarbure (HCO³).

Un KH moyen se situe entre 8 et 12, mais les japonais prétendent qu’un KH entre 1 et 4 est optimal pour un koï. La dureté en carbonate est très importante pour la puissance de tamponnement de la valeur pH de l’eau. Le KH doit être suffisamment haut pour garantir un pH stable, nous sommes souvent confrontés à des variations d’où il est conseiller d’avoir une valeur KH plus élevée dans nos bassins (entre 4 et 7°).

 

La dureté en carbone est l’élément le plus important dans le system de tamponnement de l’eau et permet d’éviter que de trop grandes variations de PH se manifestent.

On peut en déduire que l’ion H+ acide prend d’abord les ions de carbone et ce n’est qu’après les avoir tous épuisé, que se forme le CO² et que le pH baisse ; on peut également en déduire qu’une eau dure (KH élevé) possède un fonctionnement de tamponnement excellent. Dans les bassins d’eau douce (KH bas), les variations du pH entre le jour et nuit seront, par contre, plus prononcées.

 

Rendre l’eau plus dure ou plus douce :

On peut relever la dureté en ajoutant des sels de calcium ou en introduisant un sac à calcaire de moules ou pierre calcaire dans le filtre.

Si l’on veut se limiter à relever le KH, il faut ajouter de l’hydrogenocarbonate de sodium (NaHCO³) à l’eau.

Si l’on veut rendre l’eau plus douce, on filtre sur tourbe ou par un échangeur d’ions.

 

Attention

Les médicaments comme le formaline, le chlorure et le sulfate de cuivre sont plus toxiques dans l’eau douce, mais moins actifs dans une eau dure. Dans une eau dure, les carpes koï risquent moins d’être intoxiquées par des métaux lourds, étant donné que ceux-ci seront liés par le grand nombre d’ions et donc neutralisés.

 

Le taux d’oxygène (O²)

La teneur en oxygène dissous dans l’eau dépend des facteurs

- températures,

- pression atmosphérique,

- la présence de plantes ou d’algues dans le bassin,

- des déchets organiques,

- du débit de l’eau et volume du bassin,

- du sel dissous dans l’eau.  

 

Le koï a besoin d’au moins 6mg d’oxygène / litres d’eau, il faut donc que l’eau puisse circuler 24 heures sur 24 et 365 jours par an dans le bassin. Je suis souvent interpellé par des personnes qui coupent les pompes durant la nuit ou les mois d’hiver. C’est selon moi une erreur car le gaz carbonique toxique (les déchets de la respiration) peuvent rester prisonnier de la glace.

 

Comme l’eau chaude retient moins bien l’oxygène que l’eau froide, les risques résultant du manque d’oxygène sont plus élevés durant les mois d’été et plus particulièrement durant la nuit.

Dans la journée, les plantes aquatiques absorbent le gaz carbonique et rejettent l’oxygène selon un processus appelé photosynthèse. Dans la nuit, le processus s’inverse et donc il n’est pas surprenant de constater que le taux d’oxygène est parfois dangereusement bas, la situation s’aggrave encore par temps humide et orageux, lorsque la pression atmosphérique réduit la quantité d’oxygène atmosphérique disponible par unité de surface de l’eau.

 

Eau douce en litre

Pression atmosphérique

En mm de mercure

Température de l’eau

En degré centigrade

Saturation à 100% atteinte

 avec…mg d’O²

1

760

14,6

1

760

20°

9,1

1

760

30°

7,5

 

Plus la température de l’eau augmente, moins elle contient d’O². Pour satisfaire les besoins vitaux, il conviendra d’apporter de l’oxygène.

 

L’accumulation de déchets organiques qu’ils proviennent de la nourriture non absorbée ou des excréments, réduit encore d’avantage le taux d’oxygène de l’eau, il importe donc d’évacuer ces déchets avant qu’ils n’aient le temps de se transformer en vase organique.

 

Le rapport avec les autres valeurs de l’eau est tout aussi important. En introduisant plus d’oxygène dans l’eau, on diminue la teneur en CO² et la dureté carbonique (KH), par contre l’acidité (pH) augmentera.

 

 

Le moment idéal pour analyser la teneur en oxygène se situe entre 6 et 7 heures du matin, lorsque le taux d’oxygène est au plus bas.

Le comportement des carpes koï nous apprend déjà pas mal de chose. Les poissons nagent dans une eau à base teneur en oxygène, sont paresseux et se trouvent souvent en général immédiatement sous le niveau d’eau et à proximité d’un conduit d’eau.

Ce sera toujours les plus grands spécimens qui mourront d’un manque d’oxygène avant les petits.

 

Peut-il y avoir une saturation en oxygène ?

 

Oui, mais c’est très rare. Une saturation excessive de gaz (principalement l’azote) dans l’eau peut donner lieu à ce qu’on appelle la maladie des bulles de gaz. Ces bulles de gaz sont absorbées par le corps du poisson. Les symptômes typiques sont l’apparition de bulles de gaz au niveau des branchies, des yeux, des nageoires et autour de la bouche.

Bulle de gaz sur la nageoire

 

La concentration en ammoniac (NH³)

Très toxique et très dangereux, l’ammoniac est un gaz qui résulte de la décomposition des déchets organiques et le produit résiduel des échanges métaboliques du poisson, essentiellement rejeté par les branchies. Il est mortel à très faible concentration.

Une concentration de 0,2-0,5 d’ammoniac par litre d’eau augmente considérablement le taux de mortalité. Il faut s’avoir (et cela se sont des repères) qu’un dixième de cette concentration suffit à accroître la sensibilité aux maladies et qu’un centième de cette concentration provoque des irritations des branchies et de la muqueuse du poisson.

 

 

Intoxication d’ammoniaque

 

Une surpopulation est souvent la cause d’un déséquilibre où on aura des teneurs en ammoniac élevées.

 

Bon a savoir

Toute augmentation de la température et du pH renforce la toxicité de l’ammoniac, tandis qu’un accroissement de la salinité le réduit.

Pour éviter trop de perte lors du transport des koï du japon, on veille à une acidité réduite dans l’eau ( d’un pH de 6,5 ) avec comme résultat que l’ammoniac est quasiment inoffensif.

 

En cas d’intoxication de NH³

 

D’urgence

Une teneur en ammoniac élevée ne peut être réduite qu’en changeant 1/3 ou 20% de l’eau du bassin, au maximum. Si aucun changement n’a lieu après 12h00, procédez au renouvellement un seconde fois.

 

A long terme, la teneur en ammoniac peut être réduite à l’aide d’un bon filtre bactériologique et d’une ration journalière de nourriture réduite et limitée.

 

Ajouté du Zéolite au filtre aura comme effet de faire absorber immédiatement l’ammoniac présent dans l’eau (1 kg de zéolite/5 litres d’eau).

La fixation chimique de l’ammoniac sur la zéolite est très faible. D’où une fois saturée, on trempe la Zéolithe dans une solution salée (6g de sel /litre d’eau) durant 24h, lavez et rincez abondamment à l’eau douce avant de la reverser dans le filtre d’où, un filtre à zéolithe interdit l’utilisation du sel à titre curatif dans le bassin. En effet, au contact du sel, la Zéolithe libère l’ammoniac et les autres toxines.

 

Les nitrites (NO²)

Les nitrites sont un produit de dégradation de l’ammoniac résultant d’une séquence naturelle de réactions biochimiques appelées universellement le cycle de l’azote.

 

 

Hautement toxiques, ils s’attaquent à l’hémoglobine des globules rouges et provoquent l’apathie et l’asphyxie.

Toute augmentation de nitrite est fatale aux carpes koï de moins de 15 cm, les plus grandes deviennent léthargiques et se couchent sur les flancs au fond du bassin et ceci même si elles viennent se nourrir en surface.

Si la concentration de nitrites est supérieure à 0,15 mg/l, renouvelez régulièrement 20% de l’eau.

Tout comme l’ammoniac, les nitrites voient leur toxicité réduire lorsque la salinité de l’eau augmente, d’où il est conseillé d’ajouter du sel (3g NaCL/L). L’ion de chlorure va en effet entrer en compétition avec le nitrite pour se faire absorber par les branchies.

Attention, s’il y a de la Zéolite dans le filtre, pas de sel à l’eau pour le nitrite.

Le mieux est d’avoir un bon filtre biologique, une bonne aération, moins de nourriture, et une population moins dense.

 

Le nitrate (NO³)

Nous savons que le nitrate est formé à partir du nitrite, par la bactérie Nitrobacter.

 

 

Les valeurs idéales en nitrates se situent en dessous de 20mg/l. Une fois supérieures à 50 mg/l, les nitrates ne sont pas vraiment nocives, mais peuvent retarder la croissance des jeunes koï, décolorer leur teint, diminuer la résistance et donner lieu à une profusion d’algues.

A partir de 500mg/l, le nitrate est mortel.

Le nitrate est plus toxique dans une eau salée et avec un pH bas. S’il y a un manque d’oxygène brusque, une haute valeur en nitrates peut être dangereuse car par ce procédé, il peut se transformer en nitrite toxique.

 

Les œufs et les alevins sont très sensibles aux nitrates par rapport aux carpes koï adultes

 

Etant donné que les algues et les plantes aquatiques du bassin absorbent ces substances comme engrais, le meilleur remède pour diminuer la teneur en nitrate, en dehors du changement d’eau, sera d’introduire des plantes.

 

Le Chlore et la Chloramine

Afin de rendre l’eau propre à la consommation humaine, les sociétés de distribution d’eau la traitent à l’aide de chlore comme désinfectant. Introduit sous forme gazeuse, le chlore se combine avec l’eau pour former, entre autre l’acide hypochloreux, qui agit comme désinfectant. Inoffensive pour l’homme, elle peut être très toxiques pour les carpes koï et autres poissons.

Sachez également que le taux de chlore risque d’augmenter en été, lorsque les sociétés de distribution augmentent la chloration pour lutter contre l’augmentation saisonnière des bactéries pathogènes dans l’eau.

Une intoxication au chlore se traduit généralement par une insuffisance respiratoire.

Comme le chlore s’évapore facilement, il s’élimine rapidement si vous aspergez l’eau pour remplir ou ajouter de l’eau au bassin

Pour un nouveau bassin rempli avec de l’eau de ville, patientez durant 7 à 10 jours afin que le chlore puisse s’éliminer.

 

Actuellement et suite aux pertes de chlore dans les canalisations, les sociétés de distribution ajoute à la chloration de l’eau de la chloramine, ces dérivés organiques chlorés se forment par la combinaison entre le chlore et l’ammoniac, efficace pour une désinfection de l’eau pour l’homme, mais très dangereux pour le koï, car il se produit à terme deux fois plus d’acide hypochloreux.

Pour l’amateur de carpes koï, la chloramine constitue un véritable problème dans la mesure où elle est encore plus difficile à éliminer que le chlore.

Ce n’est que en filtrant l’eau du bassin dans un filtre avec une aération maximale durant 15 à 20 jours que l’on peut s’en débarrasser.

D’où l’importance d’avoir un bulleur dans le filtre et une bonne aération dans le bassin à koï.

 

Résumé ou rappel

- Température, les carpes koï supportent de 2° à 30°c.

- pH, pour le koï, le pH idéal est entre 6,8 et 8 (neutre à légèrement alcalin).

- En cas de baisse de l’oxygène, le pH baisse.

- En cas d’une forte aération le pH monte.

- GH, les carpes koï supportent des écarts de dureté assez importants, dans une eau douce une carpe consomme plus d’énergie pour garder sa balance sel/eau en équilibre.

- Une eau douce favorise la croissance et un meilleur développement du teint rouge.

- Selon les japonais, une eau douce augmente également la résistance du koï.

- L’inconvénient d’une eau douce est que l’osmorégulation du koï doit être plus efficace pour maintenir l’équilibre eau /sel.

- KH, il est conseiller d’avoir une valeur KH entre 4 et 7°.

- Une eau d’un KH élevé possède un fonctionnement de tamponnement excellent.

- O2, le koï a besoin d’au moins 6mg d’oxygène/litres d’eau et ceci 24/24 pour 365 jours / an.

- L’eau chaude retient moins bien l’oxygène que l’eau froide.

- En introduisant plus d’oxygène dans l’eau, on diminue la teneur en CO² et la dureté carbonique KH, l’acidité PH par contre augmentera.

- NH³, ammoniac. Une concentration de 0,2 – 0,5 d’ammoniac par litre d’eau augmente considérablement le taux de mortalité.

- Une surpopulation est souvent la cause d’un déséquilibre ou il y aura des teneurs en ammoniac élevé.

- Toute augmentation de la température et du pH renforce la toxicité de l’ammoniac, tandis qu’un accroissement de la salinité la réduit.

- Des teneurs d’ammoniac élevées ne peuvent être réduites d’urgence que par un changement d’eau de 1/3 ou 20% de l’eau du bassin.

- On peut ajouter de la zéolite pour éliminer l’ammoniac si on n’utilise pas du sel dans l’eau.

- NO², toute augmentation de nitrite est fatale aux carpes koï de moins de 15 cm, les plus grandes deviennent léthargiques et se couchent sur les flancs.

- Si la concentration de nitrites est supérieure à 0,15 mg/L, renouvelez régulièrement 20% de l’eau.

- La teneur en nitrites diminue lorsque la salinité de l’eau augmente tout comme l’ammoniac.

- NO³, le nitrate est plus toxique dans une eau salée et avec un pH bas, si il y a un manque d’oxygène brusque, une haute valeur en nitrates peut être dangereuse, car ils peuvent se transformer en nitrite toxique.

- Le meilleur remède pour diminuer la teneur en nitrate, en dehors du changement d’eau, sera d’introduire des plantes.

- Le chlore, une intoxication au chlore se traduit généralement par une insuffisance respiratoire.

- Lors de remplissage, aspergez l’eau pour le remplissage, ainsi le chlore s’évapore.

- La chloramine, pour s’en débarasser, il faut avoir une bonne aération dans le bassin et dans le filtre.

 

 

Comment tester l'eau ?

 

Il est nécessaire de procéder régulièrement à des tests d’eau afin de contrôler si tous les paramètres se situent dans les valeurs idéales et ainsi de gérer l’équilibre biologique.

Il existe plusieurs types de testeurs : électroniques, réactifs chimiques

 

 

 

Les testeurs électroniques (très coûteux) sont réservés aux professionnels.

Les testeurs réactifs chimiques (pratiques et peu coûteux) que l’on rencontre dans le commerce soit sous forme liquide, soit sous forme de bandelettes. Dans les deux cas, il s’agit de mettre le réactif en contacte avec un échantillon d’eau ; une échelle colorimétrique renseigne sur les teneurs.

 

Quand tester l’eau ?

 

Régulièrement, après le remplissage initial du bassin afin de vérifier son évolution.

 

En gestion courante, dans tous les cas en début de chaque saison afin de relever les principaux paramètres de l’eau avant le démarrage saisonnier et ensuite lorsque des modifications sensibles de l’équilibre biologique apparaissent :

 

° prolifération d’algues

 

° apparition à la surface de l’eau d’un film ressemblant à de l’huile (cyanobactéries)

 

° modification de la coloration de l’eau qui verdit ou devient brunâtre

 

° avant l’introduction d’un nouveau poisson

 

° avant chaque nouveaux travaux d’amélioration du bassin ou du filtre

 

° lors d’apparition de maladie (parasite ou autres).

 

Toutes ces manifestations doivent avoir un caractère quelque peu durable car le bassin a parfois des réactions temporaires qu’il convient de négliger : comme par exemple une modification après un orage, dérèglement passager après un coup de chaleur.

 

Personnellement, j’inscris chaque test et sa valeur dans un calendrier, ainsi en cas de problème je peux plus facilement diagnostiquer.

 

 

La qualité de l'eau dépend également des bactéries

 

Inutile je pense de revoir tout le système, je vous propose un survol des questions de façon générale.

 

Que sont les bactéries ?

 

La bactérie est un micro-organisme, de 0,3 à 2,5 microns, unicellulaire, formant un règne autonome ni animal ni végétal, de formes très variées, pouvant vivre en saprophytes ( sol, eau, organismes vivant ) ou comme parasites de l’homme, des animaux et des plantes.

Ces bactéries ont besoin de trouver dans l’environnement tous les éléments constitutifs de leur structure. Elles sont constituées à 80% d’eau et 20% de matières sèches se répartissant comme suit Carbone 50%, Azote 15%, Hydrogène 10%, Oxygène 20%, Phosphore 3% ; mais aussi du S, Mg++, Mn++, Zn++, Cr, Na+, K+, …

 

Mais les bactéries sont-elles néfastes pour l’écosystème ?

 

Il convient d’abord de les classer ; il y a des bactéries pathogènes (qui peuvent causer des maladies) et des non pathogènes (qui ne provoquent pas de maladies).

Ces deux groupes se retrouvent toujours en milieu aquatique.

Les poissons en bonne santé sont capables de résister aux agressions des bactéries pathogènes, si l’équilibre est rompu en sa défaveur, la maladie se déclare selon un niveau de gravité variable.

 

De quoi se nourrissent les bactéries ?

 

Certaines ont la spécificité de récupérer les éléments qui leur sont nécessaires directement dans la matière organique et libèrent des matières inorganiques : êtres hétérotrophes (comme tous les animaux), ce sont les bactéries organotrophes.

Elles se nourrissent spécifiquement de glucides, de lipides, ou de protides.

 

D’autres utilisent pour leur croissance le carbone inorganique et autres éléments minéraux puisés directement dans le milieu ; D’autres utilisent pour leur croissance le carbone inorganique et autres éléments minéraux puisés directement dans le milieu ; D’autres utilisent pour leur croissance le carbone inorganique et autres éléments minéraux puisés directement dans le milieu ; D’autres utilisent pour leur croissance le carbone inorganique et autres éléments minéraux puisés directement dans le milieu ; les bactéries lithotrophes, des êtres autotrophes (comme les végétaux).

 

Pour synthétiser leur constituants, elles ont besoin d’énergie qui peut provenir de deux sources différentes : L’énergie lumineuse, la lumière (phototrophie) et l’énergie chimique d’oxydation (chimiotrophie).

 

Cette fonction de nutrition est assurée en grande partie par ce que l’on nomme la respiration qui est l’ensemble des fonctions assurant les processus d’oxydation d’un organisme vivant.

 

Comment se nourrissent elles ?

 

Pour utiliser leur nourriture, les bactéries fabriquent des enzymes qui vont permettrent la dégradation des macromolécules (sucre, amidon, cellulose, protéines, …) et leur transformation en molécules simples.

Ces enzymes sont des catalyseurs chimiques, c’est-à-dire qu’elles accélèrent les réactions chimiques, tout en restant, en fin d’opération, intactes (elles ne se transforment pas).

 

Les bactéries ont-elles besoin d’O² ?

 

Cela dépend de la souche concernée :

 

Les bactéries aérobies ont besoin d’une saturation de l’eau en O² proche de 10%.

Les bactéries microaérophiles ont besoin de peu d’O² pour se développer.

Les bactéries anaérobies, l’oxygène leur est toxique. Elles se développent en milieu très réducteur.

Les bactéries aéroanaérobies facultatives peuvent se développer indifféremment en présence ou absence d’O².

 

La température de l’eau est-elle importante pour les bactéries ?

 

Oui, chaque souche a sa plage de fonctionnement.

Les bactéries mésophiles s’activent selon des plages de T° de + 10°C jusqu’à 50°C. Ce sont les plus nombreuses et celles qui nous intéressent pour le bassin.

 

Le pH a-t-il une influence sur l’activité des bactéries ?

 

La plupart des bactéries se développent lorsque le pH est compris entre 5,5 et 9.

Les bactéries intéressantes pour nos bassins fonctionnent idéalement à des pH de 8 à 8,5 et sont donc alcalinophiles.

 

Comment se reproduisent les bactéries ?

 

Elles se reproduisent par division cellulaire. Le mode de reproduction est binaire ou scissiparité : une cellule mère donne deux cellules filles qui à leur tour donne chacune deux cellules, et ainsi de suite.

Les bactéries colonisent très rapidement un milieu, heureusement un équilibre s’établit très rapidement grâce à des facteurs limitant cette multiplication exponentielle (manque d’énergie, de nourritures, concurrence d’autres espèces).

 

Les bactéries se conservent-elles ?

 

Certaines espèces bactériennes, quand les conditions extérieures leurs deviennent défavorables, ont la faculté de former un < spore >, (espèce de coquille) : il n’y a plus d’échange avec le milieu extérieur, elles ne se nourrissent plus et stoppent toute activité.

La bactérie peut ainsi résister à une pénurie de nourriture, à une élévation importante du pH, de la t°, ect...

Les bactéries lithotrophes nitrifiantes comme Nitrobacter et Nitrosomonas ne se conservent que de manière fugace et ne sporulent pas.

 

De quoi se composent les produits du commerce ?

 

Les produits du commerce se présentent sous forme de poudre ou de liquide et se composent de souches spécifiques, isolées, cultivées et multipliées en très grand nombre en laboratoire pour former un lot.

Elles seront ensuite lyophilisées (déshydratées) et conditionnées en grand nombre sur des supports bactériens.

Les bactéries lyophilisées sous forme de poudre se réveilleront en milieu aqueux tandis que les bactéries conservées en milieu liquide s’activeront essentiellement lors de la dilution.

 

Les bactéries de toute façon s’installent naturellement, dés lors, pourquoi ensemencer ?

 

C’est parfaitement exact.

Toutefois, ensemencer est indispensable pour les raisons suivantes : un ensemencement accélère de manière sensible la colonisation du biotope avec les bonnes bactéries, celles qui sont favorables au bassin aquatique. Ainsi, elles priveront les bactéries indésirables de nourriture (dont les pathogènes) et régneront en maître sur le territoire. Il y aura donc un équilibre favorable pour le bassin.

 

Quand doit-on ensemencer ?

 

Bien évidemment à la mise sous eau du bassin, après avoir cependant respecté, pour un remplissage à l’eau de distribution, un délai de deux à trois jours, afin de permettre au chlore de s’évaporer.

Il s’agira d’un ensemencement de base : placer des bactéries surtout dans le bassin et un peu sur les masses filtrantes

A chaque ensemencement, il convient d’arrêter les UV pendant quelques jours.

 

 

Quelles sont les conditions favorables aux bactéries ?

 

Critères

minimum

Maximum

Conditions optimales

Température °C

45°

15 à 25°

pH

4,5

9

8 – 8,5

Saturation en O²

50%

100%

100%

 

Quel est le meilleur moment dans la journée pour ensemencer ?

 

La fin de la journée, ou début de soirée, c’est le meilleur moment car la température est la plus haute dans le bassin.

 

Dans quelles circonstances les bactéries de filtration se développent-elles le plus vite ?

 

Le cycle de l’azote indique comment les bactéries de filtration convertissent l’ammoniaque toxique (NH3) en nitrite (NO2) (par la bactérie Nitrosomas spp) et ensuite en nitrate moins nuisible (NO3) (par la bactérie Nitrobacter spp). Ces bactéries étant aérobes, ce processus ne peut réussir qu’en présence de suffisamment d’oxygène.

Finalement, le nitrate est assimilé par les plantes et converti par la voie anaérobe en un dérivé azoté. Cette culture anaréobe de bactéries se situe dans les couches inférieures du filtre et de l’étang.

Les bactéries nitrifiantes s’incrustent et poussent dans les substrats du filtre. Il est donc indiqué d’utiliser des substrats à grande surface, pour que le plus grand nombre de bactéries puissent pousser. Les substrats le plus utilisé sont les cailloux poreux, les tapis japonais, les bioballs...

Le plus grand nombre des bactéries nitrifiantes se trouvent dans les couches supérieures du filtre, ou l’oxygène est le plus abondant. Il faut donc bien aérer le filtre.

Finalement, les bactéries de filtration poussent mieux dans un endroit sombre et chaud et non dans un endroit froid et fortement éclairé.

 

Combien de temps faut-il avant qu’un filtre ne soit mûr ?

 

Contrairement à la plupart des autres bactéries, les bactéries nitrifiantes se multiplient très lentement. Elles ne se divisent que toutes les 15 heures, tandis que les autres bactéries le font toutes les 2 heures.

Il est important à savoir qu’il faut 1 mois (à 25°) à 2 mois (à 10°), avant qu’un filtre biologique ne fonctionne à sa pleine capacité dans l’eau douce.

Un filtre n’obtient sa capacité maximale qu’après un an.

 

Un filtre biologique mûr demande-t-il beaucoup d’entretien ?

 

Il est rare qu’il faille nettoyer un filtre biologique bien mûr. Si cela s’avère tout de même nécessaire, il ne faut pas le nettoyer entièrement et ne jamais nettoyer le matériel de filtration en une seule fois, au risque d’éliminer toutes les bactéries nitrifiantes.

Seule l’eau d’étang convient pour rincer le filtre. Les détergents et l’eau du robinet chlorée tuent les bactéries nitrifiantes.

 

Un filtre biologique, doit-il continuer à fonctionner pendant l’hiver ?

 

Il est préférable de ne pas arrêter complètement le filtration pendant l’hiver, car, par le peu de mouvement, l’eau risque de geler plus rapidement et les bactéries nitrifiantes aérobes périront après quelques heures par manque d’oxygène.

Après la période d’hiver, nous aurons, en cas d’arrêt, affaire à un filtre MORT, composé essentiellement de bactéries anaérobes. Ces anaérobes forment le H2S-, un gaz extrêmement toxique, à l’odeur d’œufs pourris. Il cause des problèmes de respiration aux poissons et en haute concentration, même leur mort.

Quand on constate cet état des choses, il faut nettoyer complètement aussi bien le bassin que le filtre.

 

Quels sont les effets des médicaments sur le filtre biologique ?

 

Un certain nombre de médicaments comme le bleu de méthylène détruisent les bactéries nitrifiantes du filtre et les antibiotiques en particulier sont très nuisibles au filtre biologique.

Il est donc important de porter un bon diagnostic en cas de problèmes et de ne traiter que si cela s’avère vraiment nécessaire.

Il faut préférer à juste titre la quarantaine d’un sujet malade que de traiter tout le bassin.

 

De Vries Philippe.

 

Je remercie tous ceux qui m’ont aidé à créer cet article.

 

 

N'hésitez pas à communiquer vos découvertes et expériences via le forum ou en contactant l'équipe Aquajardin.

 

 

 

 

 

 

Aquajardin est géré entièrement par des bénévoles. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.

 



 

 

FORUM AQUAJARDIN

Questions/Réponses

Accès direct

 

Journal / Abonnement

 

Inscription au journal d'information

 

Cliquez ici pour vous inscrire

 

 

Annonces

 

TOP 5 - Dossiers

 

Les serpents du bassin

L'alimentation de la carpe koï

Le frai des poissons

La moule d'eau douce

Pourquoi pas des canards ?

 

 

Météo

 

Météo pour l'Europe

 

 

Annonces

 

Outils

 

Calendrier : l'essentiel

Calendrier des travaux

Librairie Aquanature

Economiseur d'écran

Fonds d'écran

Moteur de recherche

Barre d'outils

Bords et abords du bassin

Dictionnaire

Grand répertoire Faune et Flore

Gestion de bassin

Aqualyser (Aquatic Science)

 

 

Partenaires


Univers Aquatique

Bien-être des bassins aquatiques

Bestofwebsites.net, l'annuaire du meilleur du web... le best of du web... l'insolite du web... les meilleurs liens !
Bestofwebsites.net

 

Jardinature.net

 

Journaux.fr

 

www.devis-piscine-gratuit.fr

 

 

Annonces

 


A C C U E I L L I E N S BANNIERES & LOGOS LIBRAIRIE CONTACT / NEWSLETTER

Domaines/domains :  www.aquajardin.eu  www.aquajardin.net  www.aquajardin.be  www.aquajardin.ch  www.aquajardin.fr


© 1999-2017 Aquajardin

Respect et protection : loi du 11 mars 2003 relative à la société d'information
Copyright et vie privée